fbpx
Les 3 aliments à éviter avant de dormir

Les 3 aliments à éviter avant de dormir

Profiter d’un sommeil réparateur est extrêmement important pour la santé. Pour chacun d’entre nous, le sommeil permet à l’organisme de se reposer avant d’entamer une nouvelle journée, batterie pleine ! Heureusement, il y a de nombreuses méthodes pour favoriser un bon sommeil. L’une d’entre elle est de modifier ses habitudes alimentaires, notamment avant d’aller au lit. En effet, certains aliments perturbent fortement le sommeil en imposant une grande digestion et un boulversement hormonal à l’organisme pendant la nuit.

Pour éviter les nuits agitées et les insomnies, voici 3 aliments à éviter absolument avant de dormir. De manière générale, rappelez-vous qu’il est essentiel de manger léger le soir, pour éviter à l’organisme de devoir fournir des efforts de digestion pendant le sommeil.

Zoom sur le sommeil

Le sommeil est essentiel, nous avons tous besoin d’un sommeil réparateur pour vivre au meilleur de nos capacités. Ne le négligez pas.

Une alimentation adaptée le soir a de nombreux bienfaits. Elle permet notamment de :

  • Ne pas perturber, voire de favoriser, la production de mélatonine (hormone du sommeil) ;
  • Trouver le sommeil plus facilement ;
  • Profiter d’une nuit réparatrice, sans réveils nocturnes ;
  • Avoir de l’énergie en journée, sans fatigue ;
  • Renforcer le système immunitaire ;
  • Augmenter les capacités cognitives ;
  • Améliorer l’humeur (stress, anxiété, déprime…).

Vous avez des problèmes d’insomnie et rien ne fonctionne pour vous ? Avez-vous déjà entendu parler des somnifères naturels qui agissent en douceur sur l’organisme pour l’aider à s’endormir et à profiter d’un sommeil réparateur de qualité ? Ces solutions naturelles sont intéressantes et vous conviendront peut-être.

En attendant, suivez nos conseils et banissez certains aliments de votre alimentation nocturne. Ci-après, retrouvez 3 aliments à éviter à tout prix pour mieux dormir, éviter les nuits agitées et les insomnies.

1 – La caféine

caféine sommeil

C’est la base, et il convient de le rappeler. Le café, le thé, le chocolat… font partie de la liste des aliments qui contiennent de la caféine. Veillez à ne pas en consommer le soir, au risque d’exciter votre organisme et de repousser votre sommeil. Pour mettre toutes les chances de votre côté, ne consommez pas de café trop tardivement dans l’après-midi.

2 – L’alcool

alcool sommeil

Les boissons alcoolisées épuisent l’organisme. Bien que nous puissions nous sentir détendu(e)s, voire fatigué(e)s, après ingestion d’alcool, le corps profitera d’un sommeil moins réparateur. Les réveils nocturnes risquent de s’inviter au lit car le foie travaillera à éliminer l’alcool de l’organisme. Le rythme cardiaque pourra s’accélerer et provoquer des réveils nocturnes. De plus, l’organisme sera déshydraté et vous aurez envie de boire.

3 – Les aliments difficiles à digérer

digestion difficile sommeil

Évitez de consommer des aliments lourds à digérer. Les aliments lourds et gras (pizzas, hamburgers, charcuteries, fromages, frites, crèmes glacées…) ainsi que la viande sont difficiles à digérer. S’il sont consommés le soir, l’organisme aura beaucoup de travail pendant la nuit, ce qui risque de perturber la qualité du sommeil et l’endormissement.

En ce qui concerne le sucre, il y a différentes écoles. Les spécialistes ont des avis divergeants mais il en ressort qu’un excès d’aliments sucrés perturberait votre repos. En effet, manger des aliments sucrés avant d’aller au lit stimule et excite l’organisme qui est alors prêt pour débuter une nouvelle activité. De plus, le sucre est rarement consommé seul : il accompagne souvent des aliments lours et difficiles à digérer (pâtisserie, crème glacée, sauces…).

Pensez à manger léger avant d’aller au lit. Vous ressentirez la différence !

Le mot de la fin

Vous avez une petite fringale tardive ? Ne succombez pas à n’importe quel aliment. Mangez léger le soir et vous serez agréablement surpris de la qualité de votre sommeil.

Les bonnes habitudes alimentaires et les bonnes habitudes de sommeil sont étroitement liées. Ces habitudes s’influencent, alors apprenez à les maîtriser pour retrouver votre pleine vitalité.

Bon sommeil !

Eau du robinet ou en bouteille : comment choisir ?

Eau du robinet ou en bouteille : comment choisir ?

Au cours des dernières années, la consommation d’eau en bouteille a considérablement augmenté, car elle est considérée comme plus sûre et meilleure que celle du robinet.

Cependant, en raison de préoccupations environnementales et d’effets potentiels sur la santé, de nombreuses personnes commencent à se demander si celle du robinet est meilleure.

Cet article compare l’eau du robinet et en bouteille pour vous aider à décider laquelle boire.

Avantages et inconvénients de l’eau du robinet

eau du robinet

L’eau du robinet, également appelée “municipale”, provient de grands puits, lacs, rivières ou réservoirs. Elle passe généralement à travers une usine de traitement avant d’être acheminée vers les maisons et les entreprises.

Bien que l’eau potable contaminée soit un problème dans certaines régions, celle du robinet est généralement sûre, pratique et écologique.

La sécurité de votre eau du robinet varie selon votre emplacement

L’eau du robinet publique américaine est réglementée par l’Environmental Protection Agency (EPA). L’EPA est chargée d’identifier et de fixer des limites légales pour les contaminants potentiels dans l’eau potable en vertu de la Safe Drinking Water Act.

Actuellement, l’EPA a fixé des limites légales à plus de 90 contaminants, y compris les métaux lourds comme le plomb et les microbes comme E. coli.

Néanmoins, la contamination de l’eau potable peut toujours se produire. Par exemple, certaines régions peuvent être plus exposées aux toxines, comme les polluants industriels ou les bactéries provenant des eaux de ruissellement agricoles.

De plus, les anciennes installations de plomberie peuvent introduire des contaminants comme le plomb, et les catastrophes naturelles comme les inondations peuvent temporairement polluer les systèmes d’eaux publics.

De nombreuses organisations de santé publique affirment également que les limites actuelles de l’EPA sur certaines toxines ne sont pas assez strictes.

Selon l’Environmental Working Group (EWG), la réglementation américaine sur l’eau n’a pas été mise à jour depuis près de 20 ans. En conséquence, certaines toxines peuvent nuire aux populations vulnérables, telles que les enfants et les femmes enceintes.

Alors que l’EPA exige que les services d’eau fournissent des rapports annuels sur la qualité, la base de données du GTE permet également aux particuliers de consulter les rapports de contamination pour leur approvisionnement local.

De plus, les filtres à eau domestiques peuvent améliorer la sécurité de celle du robinet.

Gardez à l’esprit que l’EPA ne supervise que les sources d’eaux publiques. Si vous obtenez la vôtre d’un puits privé, vous êtes responsable de la faire tester pour votre sécurité.

Un goût aussi bon que celle en bouteille

On dit souvent que l’eau en bouteille a meilleur goût que celle du robinet.

Pourtant, dans les tests de goût à l’aveugle, la plupart des gens ne peuvent pas faire la différence entre l’eau du robinet et l’eau en bouteille.

En général, l’eau du robinet a le même goût que l’eau en bouteille. Pourtant, des facteurs tels que la teneur en minéraux ou le type et l’âge de vos conduites d’eau peuvent affecter la saveur.

L’impact environnemental est beaucoup plus faible qu’en bouteille

Avant d’atteindre votre maison, l’eau est stockée dans une installation de traitement dans laquelle elle subit plusieurs processus pour éliminer les contaminants potentiels. Pendant la désinfection, des produits chimiques peuvent être ajoutés pour tuer les microbes restants et protéger contre les germes.

Ensuite, après avoir bu de l’eau d’un verre, vous devrez probablement laver le verre à la main ou au lave-vaisselle.

Toutes ces étapes utilisent des produits chimiques et de l’énergie, entraînant ainsi un impact environnemental. Pourtant, les effets environnementaux globaux de l’eau du robinet sont nettement inférieurs à ceux de la bouteille.

En outre, l’eau du robinet ne nécessite pas de récipients en plastique ou jetables qui peuvent se retrouver dans les décharges.

L’eau du robinet :peu coûteuse et pratique

Les plus grands avantages de l’eau du robinet sont peut-être son faible coût et sa commodité.

Il est simple de remplir une bouteille réutilisable avec de l’eau du robinet avant de sortir. L’eau du robinet est également disponible dans les restaurants, bars et fontaines publiques – et est presque toujours gratuite.

Avantages et inconvénients de l’eau en bouteille

eau en bouteille

L’eau en bouteille provient de diverses sources.

Certains produits comprennent simplement de l’eau du robinet qui a été mise en bouteille tandis que d’autres l’utilisent de source fraîche.

L’eau en bouteille provenant de sources souterraines comporte généralement une étiquette approuvée par la Food and Drug Administration (FDA), telle que :

  • l’eau de puits artésien
  • minérale
  • de source
  • de puits

Bien que certaines personnes croient que l’eau en bouteille est plus sûre, de meilleur goût et plus pratique que l’eau du robinet, plusieurs préoccupations entourent sa sécurité et son impact environnemental.

Peut contenir des microplastiques

Contrairement à l’eau du robinet, qui est réglementée par l’EPA, l’eau en bouteille est supervisée par la FDA. Les exigences de sécurité et de qualité de la FDA pour les fabricants comprennent :

  • l’utilisation de conditions sanitaires pour la transformation, l’embouteillage, le stockage et le transport
  • protéger l’eau des contaminants, tels que les bactéries et les produits chimiques
  • mettre en œuvre un contrôle de la qualité pour mieux protéger contre les contaminants chimiques et microbiens
  • échantillonnage et analyse de l’eau de source et du produit final pour les contaminants


Bien que l’eau en bouteille soit parfois rappelée en raison de contaminants, elle est généralement considérée comme sûre.

Cependant, certains produits peuvent contenir de très petits morceaux de plastique appelés microplastiques.

Des études animales et d’autres recherches suggèrent que les microplastiques agissent comme des produits chimiques perturbateurs endocriniens, favorisent l’inflammation, entraînent des effets négatifs sur la santé et s’accumulent au fil du temps dans des organes comme le foie, les reins et les intestins.

Une étude de 2018 a testé 11 produits d’eau en bouteille largement disponibles dans 9 pays, concluant que 93% des 259 bouteilles échantillonnées contenaient des microplastiques. Cette contamination était due en partie à l’emballage et au processus d’embouteillage lui-même.

Différences de goût

La plupart des gens ne peuvent pas distinguer l’eau en bouteille de l’eau du robinet dans les tests de goût à l’aveugle.

Pourtant, le goût de l’eau en bouteille varie considérablement en fonction de la source d’eau et de l’emballage. Par exemple, l’eau minérale a une saveur distincte selon les types et les niveaux de minéraux présents.

Certaines personnes préfèrent également les eaux gazéifiées ou aromatisées en raison de leur goût unique.

Moins écologique que l’eau du robinet

L’un des principaux inconvénients de l’eau en bouteille est son impact environnemental.

Du traitement et de l’embouteillage au transport et à la réfrigération, l’eau en bouteille nécessite de grandes quantités d’énergie.

En fait, la production d’eau en bouteille aux États-Unis a utilisé 4 milliards de livres (1,8 milliard de kg) de plastique en 2016 seulement. L’apport énergétique nécessaire à la production de cette quantité est égal à 64 millions de barils de pétrole.

De plus, on estime que seulement 20% des bouteilles d’eau en plastique aux États-Unis sont recyclées. La plupart se retrouvent dans des décharges ou des plans d’eau.

Cela est particulièrement problématique, car il a été démontré que les bouteilles en plastique libèrent des toxines à mesure qu’elles se dégradent.

Pour minimiser l’empreinte écologique de l’eau en bouteille, certaines municipalités du monde entier ont interdit la vente de bouteilles d’eau en plastique à usage unique.

De plus, certaines entreprises ont fait des recherches sur la fabrication de bouteilles avec des matériaux biodégradables, ce qui peut avoir moins d’effets environnementaux.

Cher mais pratique

Des études révèlent que l’une des principales raisons pour lesquelles les consommateurs choisissent l’eau en bouteille est qu’elle est pratique.

Que vous voyagiez ou que vous sortiez, de l’eau en bouteille est disponible dans de nombreux magasins.

Cependant, cette commodité est accompagnée d’un prix élevé.

Un gallon (3,8 litres) d’eau du robinet coûte environ 0,005 $ aux États-Unis, tandis que la même quantité d’eau en bouteille, obtenue en combinant des bouteilles d’eau à portion individuelle, coûte environ 9,47 $.

Cela signifie non seulement que l’eau en bouteille coûte plus cher que le lait et l’essence, mais aussi près de 2 000 fois plus cher que l’eau du robinet.

Pourtant, certaines personnes peuvent trouver que le coût en vaut la peine.

Ce qui est mieux?

Dans l’ensemble, l’eau du robinet et l’eau en bouteille sont considérées comme de bons moyens de s’hydrater.

Cependant, l’eau du robinet est généralement une meilleure option, car elle est tout aussi sûre que l’eau en bouteille mais coûte beaucoup moins cher et a un impact environnemental beaucoup plus faible.

De plus, avec une bouteille d’eau réutilisable, l’eau du robinet peut être aussi pratique que mise en bouteille. Vous pouvez même ajouter des fruits frais pour créer votre propre eau infusée et aromatisée.

Si la sécurité ou la qualité de l’eau est votre principale préoccupation, pensez à acheter un système de filtration ou un pichet à filtre au lieu d’acheter régulièrement de l’eau en bouteille.

Néanmoins, il peut arriver que l’eau en bouteille soit meilleure, surtout si votre approvisionnement en eau potable est contaminé.

De plus, certaines populations, telles que celles dont le système immunitaire est compromis, peuvent avoir besoin d’acheter certains types d’eau en bouteille ou de faire bouillir l’eau du robinet avant de la boire.

L’essentiel

Bien que l’eau du robinet et l’eau en bouteille aient des avantages et des inconvénients, l’eau du robinet est généralement la meilleure option. Il est moins cher, plus respectueux de l’environnement et moins susceptible de contenir des microplastiques.

De plus, la plupart des gens ne peuvent pas goûter la différence entre les deux.

Vous pouvez utiliser un filtre domestique pour augmenter la qualité de l’eau ou rehausser sa saveur avec des tranches de pastèque ou de concombre.

Les sushis : bons pour la santé ou à éviter ?

Les sushis : bons pour la santé ou à éviter ?

Les gens considèrent généralement les sushis nutritifs et sains. Cependant, ce plat japonais populaire contient souvent du poisson cru.

De plus, il est régulièrement consommé avec de la sauce de soja riche en sel. Ainsi, vous pourriez être préoccupé par certains de ses ingrédients. Cet article présente en détail les sushis et leurs effets sur la santé.

Qu’est-ce que le sushi ?

Le sushi est un rouleau d’algues rempli de riz cuit, de poisson cru ou cuit et de légumes.

Il est généralement servi avec de la sauce soya, du wasabi et du gingembre mariné.

Les sushis sont devenus populaires au Japon au 7ème siècle comme moyen de conserver le poisson.

Le poisson nettoyé a été pressé entre le riz et le sel et laissé à fermenter pendant quelques semaines jusqu’à ce qu’il soit prêt à manger.

Vers le milieu du XVIIe siècle, du vinaigre a été ajouté au riz pour réduire le temps de fermentation et améliorer son goût.

Le processus de fermentation a été abandonné au 19ème siècle, lorsque le poisson frais a commencé à être utilisé à la place. Cela a donné naissance à une première version du sushi prêt-à-manger auquel vous êtes habitué aujourd’hui.

Ingrédients riches en nutriments du sushi

Le sushi est souvent considéré comme un aliment santé car il contient plusieurs ingrédients riches en nutriments.

Poisson

Le poisson est une bonne source de protéines, d’iode et de multiples vitamines et minéraux. De plus, c’est l’un des rares aliments qui contiennent naturellement de la vitamine D.

De plus, le poisson contient des acides gras oméga-3, dont votre cerveau et votre corps ont besoin pour fonctionner de manière optimale. Ces graisses aident à combattre les conditions médicales comme les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

Le poisson est également lié à un risque plus faible de certaines maladies auto-immunes, de dépression et de perte de mémoire et de vision chez les personnes âgées

Wasabi

wasabi sushis

La pâte de wasabi est souvent servie avec des sushis. Comme sa saveur est très forte, elle n’est consommée qu’en petites quantités. Il est fabriqué à partir de la tige râpée d’Eutrema japonicum, qui appartient à la même famille que le chou, le raifort et la moutarde.

Le wasabi est riche en bêta-carotène, glucosinolates et isothiocyanates. La recherche montre que ces composés peuvent avoir des propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires et anticancéreuses.

Cependant, en raison de la rareté de l’usine de wasabi, de nombreux restaurants utilisent une pâte d’imitation faite d’une combinaison de raifort, de poudre de moutarde et de colorant vert.

Il est peu probable que ce produit ait les mêmes propriétés nutritionnelles.

Algue

 Le nori est un type d’algue utilisé pour rouler les sushis. Il contient de nombreux nutriments, dont le calcium, le magnésium, le phosphore, le fer, le sodium, l’iode, la thiamine et les vitamines A, C et E. De plus, 44% de son poids sec est constitué de protéines, ce qui est comparable aux aliments végétaux riches en protéines comme le soja.

Cependant, un rouleau de sushi fournit très peu d’algues, ce qui fait qu’il est peu probable qu’il contribue beaucoup à vos besoins nutritionnels quotidiens. Nori peut également proposer des composés qui combattent les virus, l’inflammation et même le cancer.

Cependant, les niveaux de ces composés sont probablement trop faibles pour avoir des effets pertinents sur la santé.

Gingembre mariné

Le gingembre sucré et mariné, également connu sous le nom de gari, est souvent utilisé pour nettoyer votre palais entre différents morceaux de sushi. Le gingembre est une bonne source de potassium, de magnésium, de cuivre et de manganèse.

De plus, il peut avoir certaines propriétés qui aident à protéger contre les bactéries et les virus.

Des études montrent en outre que le gingembre peut améliorer la mémoire et aider à réduire les nausées, les douleurs musculaires, les douleurs arthritiques, les douleurs menstruelles et même les niveaux de mauvais cholestérol.

Glucides raffinés et faible teneur en fibres

riz sushis

La composante principale des sushis est le riz blanc, qui a été raffiné et débarrassé de presque toutes les fibres, vitamines et minéraux. Certaines études suggèrent qu’un apport élevé en glucides raffinés et l’augmentation associée de la glycémie peuvent favoriser l’inflammation et augmenter votre risque de diabète et de maladies cardiaques.

De plus, le riz à sushi est souvent préparé avec du sucre. Le sucre ajouté et la faible teneur en fibres signifient que les glucides des sushis se décomposent rapidement dans votre système digestif. Cela peut entraîner une augmentation des taux de sucre dans le sang et d’insuline, ce qui peut contribuer à la suralimentation.

Cependant, des études suggèrent également que le vinaigre de riz ajouté aux sushis peut aider à abaisser la glycémie, la pression artérielle et les graisses sanguines. Demander à vos sushis d’être préparés avec du riz brun au lieu de riz blanc peut augmenter sa teneur en fibres et sa valeur nutritionnelle.

Vous pouvez également demander que vos petits pains soient préparés avec moins de riz et plus de légumes pour augmenter encore la teneur en nutriments.

Faible teneur en protéines et en matières grasses

Le sushi est souvent considéré comme un repas amaigrissant.

Pourtant, de nombreux types de sushis sont préparés avec des sauces riches en matières grasses et de la pâte de tempura frite, ce qui augmente considérablement leur teneur en calories.

De plus, un seul morceau de sushi contient généralement de très petites quantités de poisson ou de légumes. Cela en fait un repas pauvre en protéines et en fibres et donc pas très efficace pour réduire la faim et l’appétit.

Pour rendre votre prochain repas de sushi plus copieux, essayez de l’accompagner de soupe miso, d’édamame, de sashimi ou de salade de wakame.

Haute teneur en sel  dans les sushis

Un repas de sushi contient généralement une grande quantité de sel.

Premièrement, le riz utilisé pour le faire est souvent cuit avec du sel. De plus, le poisson fumé et les légumes marinés contiennent également du sel.

Enfin, il est généralement servi avec de la sauce de soja, qui est très riche en sel.

Trop de sel dans votre alimentation peut augmenter votre risque de cancer de l’estomac. Il peut également favoriser l’hypertension artérielle chez les personnes sensibles à cet ingrédient.

Si vous souhaitez réduire votre consommation de sel, vous devez minimiser ou éviter la sauce de soja, ainsi que les sushis préparés avec du poisson fumé, comme le maquereau ou le saumon.

Bien que la soupe miso puisse vous empêcher de trop manger, elle contient beaucoup de sel. Si vous surveillez votre consommation de sel, vous pouvez également l’éviter.

Contamination par des bactéries et des parasites

poisson sushis

Manger des sushis à base de poisson cru peut vous exposer à un risque d’infection par diverses bactéries et parasites. Certaines des espèces les plus souvent trouvées dans les sushis comprennent Salmonella, diverses bactéries Vibrio et les parasites Anisakis et Diphyllobothrium.

Il est important de noter que la Food and Drug Administration (FDA) ne réglemente actuellement pas l’utilisation de l’étiquette «poisson de qualité sushi». En tant que tel, cette étiquette ne garantit pas que les sushis que vous mangez sont sûrs.

La seule réglementation actuelle est que certains poissons doivent être congelés pour tuer les parasites avant d’être servis crus. Une étude récente a examiné le poisson cru utilisé dans 23 restaurants portugais et a révélé que 64% des échantillons étaient contaminés par des micro-organismes nuisibles.

Cependant, des procédures appropriées de traitement et de manipulation des aliments peuvent réduire le risque de contamination. Pour réduire votre risque d’intoxication alimentaire, essayez de manger des sushis dans des restaurants réputés qui sont plus susceptibles de suivre les bonnes pratiques de sécurité alimentaire.

Vous pouvez également opter pour des rouleaux végétariens ou à base de poisson cuit. Certaines personnes – y compris les femmes enceintes, les jeunes enfants, les personnes âgées et celles dont le système immunitaire est affaibli – peuvent avoir besoin d’éviter complètement les sushis à base de poisson cru.

Mercure et autres toxines présents dans les sushis

Le poisson peut également contenir des métaux lourds comme le mercure en raison de la pollution océanique.

Les poissons prédateurs, tels que le thon, l’espadon, le maquereau, le marlin et le requin, ont tendance à avoir les niveaux les plus élevés.

Les espèces de fruits de mer à faible teneur en mercure comprennent le saumon, l’anguille, l’oursin de mer, la truite, le crabe et le poulpe.

D’autres types de toxines présentes dans les poissons peuvent entraîner une intoxication par la ciguatera ou les scombroïdes.

Le bar, le mérou et le vivaneau rouge sont les plus susceptibles d’entraîner un empoisonnement à la ciguatera, tandis que l’intoxication scombroïde est le plus susceptible de résulter de la consommation de thon, de maquereau ou de mahi-mahi.

Vous pouvez réduire vos risques en évitant les types de poissons les plus susceptibles d’être contaminés.

Comment maximiser les avantages pour la santé des sushis ?

Pour tirer le maximum d’avantages pour la santé des sushis, suivez ces conseils simples :

  • Augmentez votre apport en nutriments. Choisissez des rouleaux de sushi à base de riz brun par rapport à ceux à base de riz blanc.
  • Privilégiez les rouleaux à main en forme de cône (temaki), qui contiennent moins de riz que les rouleaux plus traditionnels.
  • Augmentez la teneur en protéines et en fibres de votre repas. Accompagnez vos sushis d’edamame, de salade de wakame, de soupe miso ou de sashimi.
  • Évitez les petits pains à base de fromage à la crème, de sauces ou de tempura. Pour créer du croquant sans ces ingrédients malsains, demandez des légumes supplémentaires.
  • Réduisez la sauce soja. Si vous êtes sensible au sel, évitez la sauce soja ou n’y trempez que légèrement vos sushis.
  • Commandez des sushis dans des restaurants réputés, qui sont plus susceptibles de suivre les bonnes pratiques de sécurité alimentaire.

L’essentiel sur la consommation de sushis

Le sushi est un rouleau japonais à base de riz, d’algues, de légumes et de fruits de mer crus ou cuits. Il est riche en plusieurs vitamines, minéraux et composés bénéfiques pour la santé.

Cependant, certains types sont riches en glucides raffinés, en sel et en graisses malsaines. Pourtant, si vous êtes judicieux sur la façon dont vous le mangez, les sushis peuvent être un excellent ajout à une alimentation équilibrée.

Et si réaliser vos propres sushis vous intéresse, voici un petit kit tout en bambou naturel et écologique pour vous initier à cette recette japonaise !

Les plus grands mythes sur l’alimentation

Les plus grands mythes sur l’alimentation

La nutrition touche tout le monde, et il existe de nombreuses approches et croyances sur ce qui est le mieux. Même avec des preuves à l’appui, les praticiens traditionnels et alternatifs sont souvent en désaccord sur les meilleures pratiques dans le domaine de l’alimentation

Cependant, certaines personnes ont des convictions sur la nutrition qui n’ont pas de fondement scientifique. Cet article examine certains des mythes que les gens partagent parfois dans le domaine de l’alimentation.

1. Les calories ne comptent pas du tout dans notre alimentation

Certaines personnes pensent que les calories sont tout ce qui compte pour perdre du poids. D’autres disent que l’on peut perdre du poids, quel que soit le nombre de calories consommées, à condition de choisir les bons aliments. Ils considèrent que les calories n’ont pas d’importance.

La vérité se situe quelque part entre les deux. Manger certains aliments peut aider à soutenir la perte de poids, par exemple :

  • en stimulant le métabolisme, ce qui augmente le nombre de calories que vous utilisez dans votre alimentation
  • en réduisant son appétit, ce qui diminue le nombre de calories consommées.

Beaucoup de gens peuvent perdre du poids sans compter les calories. Cependant, il est un fait que si vous perdez du poids, plus de calories sortent de votre corps que n’y entrent. Bien que certains aliments puissent vous aider à perdre du poids plus que d’autres. Néanmoins, les calories auront toujours une incidence sur la perte et la prise de poids.

Cela ne signifie pas que vous devez compter les calories pour perdre du poids. Modifier votre régime alimentaire pour que la perte de poids se fasse en “pilotage automatique” peut être tout aussi efficace, voire meilleur.

2. Cuisiner avec de l’huile d’olive est une mauvaise idée

L’huile d’olive extra-vierge est l’une des matières grasses les plus saines qui soient. Elle contient des graisses mono-insaturées saines pour le cœur et de puissants antioxydants. En revanche, beaucoup de gens pensent qu’il est malsain de l’utiliser pour cuisiner.

Les graisses et les antioxydants sont sensibles à la chaleur. Lorsque vous appliquez de la chaleur, des composés nocifs peuvent se former. Toutefois, cela s’applique principalement aux huiles riches en acides gras polyinsaturés, comme les huiles de soja et de maïs.

La teneur en graisses polyinsaturées de l’huile d’olive n’est que de 10 à 11 %. C’est peu, comparé à la plupart des autres huiles végétales. En effet, des études ont montré qu’elle conserve certaines de ses propriétés bénéfiques pour la santé, même à forte chaleur.

Bien qu’il puisse y avoir une perte d’antioxydants, de vitamine E et de saveur. Elle conserve la plupart de ses propriétés nutritionnelles lorsqu’elle est chauffée. L’huile d’olive est donc une huile saine, qu’elle soit crue ou utilisée en cuisine, que vous devriez ajouter à votre alimentation.

3. Le sirop d’agave est un édulcorant sain à ajouter à notre alimentation

Le marché des aliments diététiques a connu une expansion rapide ces dernières années, mais tous ses produits ne sont pas sains. Un exemple parfait est le sirop d’agave, c’est un édulcorant.

Les sucres ajoutés peuvent causer des problèmes de santé, et l’une des raisons est leur teneur élevée en fructose. Le foie ne peut métaboliser que certaines quantités de fructose. S’il y a trop de fructose, le foie commence à le transformer en graisse.

Les experts pensent que cela peut être un facteur clé de nombreuses maladies courantes. Le sirop d’agave a une teneur en fructose plus élevée que le sucre. Le sucre contient 50 % de fructose, mais le sirop d’agave en contient lui 85 %. Cela pourrait faire du sirop d’agave l’un des édulcorants les moins sains sur le marché.

4. Les micro-ondes endommagent vos aliments et émettent des radiations nocives

Le chauffage des aliments dans un four à micro-ondes est rapide et très pratique. Or certains pensent que cela a un coût.

Ils affirment que les micro-ondes produisent des radiations nocives et peuvent endommager les nutriments des aliments. Pourtant, il ne semble pas y avoir de preuves publiées pour étayer cette affirmation.

Les fours à micro-ondes utilisent des radiations, mais leur conception empêche que celles-ci ne s’échappent. En fait, les recherches suggèrent que la cuisson par micro-ondes peut être meilleure pour préserver les nutriments. D’autres méthodes de cuisson seraient moins bonnes, comme l’ébullition ou la friture.

Il n’existe aucune preuve scientifique que la cuisson au micro-ondes est nocive.

5. Manger des produits laitiers est mauvais pour les os

Un autre mythe affirme que les produits laitiers provoquent l’ostéoporose. Les partisans de ce mythe affirment que les protéines laitières rendent le sang acide. Pour compenser, le corps retirerait le calcium de nos os pour neutraliser l’acidité.

En réalité, les produits laitiers possèdent plusieurs propriétés qui favorisent la santé des os. Ils sont une bonne source de calcium et de phosphore, les principaux éléments constitutifs des os. Ils contiennent également de la vitamine K-2, qui peut contribuer à la formation des os.

Des études indiquent que les produits laitiers peuvent améliorer la santé des os dans tous les groupes d’âge en augmentant la densité osseuse et en réduisant le risque de fractures. Nombre de ces études sont des essais contrôlés sur l’homme. Bien que les produits laitiers ne soient pas essentiels à la santé des os, ils peuvent être très bénéfiques.

 

L’eau, la bouteille en plastique & le recyclage

L’eau, la bouteille en plastique & le recyclage

Le taux de recyclage des bouteilles en plastique est un bon indicateur de l’implication du pays dans une démarche écologique.

Nous devons améliorer considérablement nos habitudes de recyclage – à la maison, dans les écoles et sur les lieux de travail. Les taux de recyclage globaux de la France pour les déchets quotidiens sont toujours inférieurs à l’objectif de 50% fixé par l’UE. Le taux de recyclage des bouteilles en plastique en France est d’environ 45%, ce qui est inférieur au taux de 90 +% en Allemagne et en Suède.

Le recyclage de ces bouteilles est crucial pour la planète et notre économie & on vous explique pourquoi.

1. Conserver les ressources naturelles

Les ressources naturelles du monde sont limitées et certaines sont très rares. À un niveau fondamental: Le recyclage du papier et du bois sauve les arbres et les forêts. Oui, vous pouvez planter de nouveaux arbres, mais vous ne pouvez pas remplacer la forêt vierge ou les forêts anciennes une fois qu’ils sont perdus.

Recycler le plastique signifie créer moins de nouveau plastique, ce qui est certainement une bonne chose, d’autant plus qu’il est généralement fabriqué à partir d’hydrocarbures fossiles. Le recyclage des métaux signifie qu’il y a moins besoin d’extraction et d’extraction risquées, coûteuses et dommageables de nouveaux minerais métalliques. Le recyclage du verre réduit le besoin d’utiliser de nouvelles matières premières comme le sable. Cela semble difficile à croire, mais l’approvisionnement de certains types de sable commence à diminuer dans le monde entier.

2. Recycler, ça protége les écosystèmes et la faune

Le recyclage réduit le besoin de cultiver, de récolter ou d’extraire de nouvelles matières premières de la Terre. Cela réduit à son tour les perturbations nuisibles et les dommages causés au monde naturel. Moins de forêts coupées, des rivières détournées, des animaux sauvages blessés ou déplacés, et moins de pollution de l’eau, du sol et de l’air.

Et bien sûr, si nos déchets plastiques ne sont pas recyclés en toute sécurité, ils peuvent être soufflés ou rejetés dans les rivières et les mers. Ils se retrouvent alors à des centaines ou des milliers de kilomètres de distance, polluant les côtes et les voies navigables et devenant un problème pour tout le monde.

Si vous ne recyclez pas, qui sait où votre plastique arrivera?

3. Réduit la demande de matières premières

La demande croissante du monde pour de nouvelles choses a conduit à ce que davantage de personnes les plus pauvres et les plus vulnérables (par exemple, celles qui vivent autour des forêts ou des systèmes fluviaux) soient déplacées de leur maison, ou autrement exploitées. Les communautés forestières peuvent se retrouver expulsées du fait de la recherche de bois bon marché et les rivières peuvent être damées ou polluées par les déchets de fabrication. Il vaut bien mieux recycler les produits existants que d’endommager la communauté ou la terre de quelqu’un d’autre à la recherche de nouvelles matières premières.

4. En recyclant, on économise de l’énergie

La fabrication de produits à partir de matériaux recyclés nécessite moins d’énergie que leur fabrication à partir de nouvelles matières premières. Parfois, c’est une énorme différence d’énergie. Par exemple:

La production d’aluminium neuf à partir d’anciens produits (y compris les canettes et les feuilles recyclées) consomme 95% moins d’énergie que sa fabrication à partir de zéro. Pour l’acier, il s’agit d’une économie d’énergie de 70%. La fabrication de papier à partir de papier recyclé pulpé consomme 40% moins d’énergie que sa fabrication à partir de fibres de bois vierges. La quantité d’énergie économisée grâce au recyclage d’une bouteille en verre pourrait alimenter une vieille ampoule de 100 watts pendant 4 heures et un nouvel équivalent LED basse consommation pendant beaucoup plus longtemps.

5. Réduit les émissions de carbone liées au changement climatique

Parce que le recyclage signifie que vous devez utiliser moins d’énergie pour l’approvisionnement et le traitement de nouvelles matières premières. Il produit moins d’émissions de carbone. Il empêche également les déchets susceptibles de libérer du méthane des sites d’enfouissement. La réduction du dioxyde de carbone et des autres gaz à effet de serre émis dans l’atmosphère est vitale pour arrêter les changements climatiques désastreux.

En cas de doute, souvenez-vous de ces trois R: réduire, réutiliser, recycler

La vérité est que nous devons tous prendre l’habitude d’utiliser moins de choses en premier lieu. Et les choses que nous utilisons doivent être réutilisées autant que possible avant d’être recyclées, afin de minimiser les déchets. C’est pourquoi on vous propose de vous munir d’une gourde ! C’est pratique & écologique. On en a trouvé des pas mal & on vous les partage.

Le top 5 des aliments non périssables

Le top 5 des aliments non périssables

Les denrées alimentaires non périssables, telles que les conserves et les fruits secs, ont une longue durée de conservation. De plus, ils ne nécessitent pas de réfrigération pour les empêcher de se détériorer. Ils peuvent être conservés à température ambiante, par exemple dans un garde-manger ou une armoire.

Ce ne sont pas seulement des articles de cuisine standard, ils ont également la faveur des randonneurs et des campeurs. En effet, ils ne peuvent pas apporter de denrées périssables comme les viandes fraîches, les produits laitiers et les légumes sur la route.

De plus, les denrées non périssables sont essentielles dans les situations d’urgence. Par ailleurs, elles sont privilégiées par les organisations caritatives qui nourrissent ou donnent des provisions aux personnes en situation d’insécurité alimentaire.

Bien que certains articles comme les boîtes de macaroni et de fromage contiennent des conservateurs et d’autres ingrédients malsains. Il existe un certain nombre d’aliments non périssables nutritifs.

Nous allons vous présenter les aliments non périssables les plus sains.

1. Les haricots secs et en conserve

Avec une longue durée de conservation et une forte teneur en nutriments, les haricots secs et en conserve sont des choix alimentaires non périssables intelligents. Les haricots en conserve peuvent être conservés à température ambiante pendant 2 à 5 ans. Tandis que les haricots secs peuvent durer 10 ans ou plus, selon l’emballage.

En fait, une étude a révélé que les haricots pinto conservés jusqu’à 30 ans étaient considérés comme comestibles par 80 % des personnes faisant partie d’un panel d’utilisation alimentaire d’urgence.

Les haricots sont une excellente source de fibres, de protéines végétales, de magnésium, de vitamines B et de fer. De plus, ils s’accordent bien avec la plupart des aliments. Ils sont très appréciés dans les soupes, les plats à base de céréales et les salades.

2. Les fruits et légumes séchés

La plupart des fruits et légumes frais ont une courte durée de conservation. Cependant, les produits séchés sont considérés comme non périssables. Lorsqu’ils sont correctement conservés, la plupart des fruits secs peuvent être conservés sans danger à température ambiante pendant un an. Quant aux légumes secs, ils peuvent être conservés environ la moitié de ce temps.

Vous pouvez choisir parmi une variété de fruits et de légumes secs, notamment des baies, des tomates et des carottes séchées. Vous pouvez également utiliser un déshydrateur ou un four pour préparer vos propres fruits et légumes secs. Un emballage sous vide peut aider à prévenir la détérioration.

Les fruits et légumes séchés peuvent être consommés comme en-cas ou ajoutés à un mélange de fruits et légumes. De plus, les légumes secs peuvent être réhydratés en les ajoutant à des soupes ou à des ragoûts.

3. La viande séchée

La conservation de la viande est une pratique utilisée depuis l’Antiquité pour éviter que les sources de protéines ne se détériorent. Plus précisément, on obtient du bœuf séché en faisant sécher la viande dans une solution salée, puis en la déshydratant. Des conservateurs, des arômes et d’autres additifs sont parfois utilisés pendant la transformation.

Il existe de nombreux types de viande séchée, notamment le bœuf, le saumon, le poulet et le buffle. Il existe même des substituts de viande séchée à base de plantes, comme la noix de coco, la banane et le fruit du jacquier. Cela dit, il faut noter que ces alternatives ne sont pas équivalentes, d’un point de vue nutritionnel, à ceux à base de viande.

Le bœuf séché commercial peut être conservé en toute sécurité dans le garde-manger pendant un an. Pour le bœuf séché fait-maison, il doit être conservé à température ambiante pendant deux mois maximums.

4. Les céréales

Les céréales complètes comme l’avoine, le riz et l’orge ont une bonne durée de conservation. Beaucoup plus longue que d’autres sources de glucides populaires, mais périssables comme le pain. Ce qui en fait un choix judicieux pour le stockage des aliments à long terme.

En général, les céréales se mangent plusieurs années après leur date limite d’utilisation optimale. Pour garder leur goût et leur fraîcheur, il est recommandé de les garder dans un bocal hermétiquement fermé.

Les céréales peuvent être ajoutées aux soupes, aux salades et aux ragoûts, ce qui en fait un ingrédient non périssable polyvalent. De plus, la consommation de céréales complètes peut réduire le risque de diabète de type 2 et de maladies cardiaques.

5. Les repas lyophilisés

La lyophilisation utilise la sublimation, pour éliminer l’eau des aliments afin qu’ils durent plus longtemps à température ambiante. Les repas lyophilisés sont très appréciés des randonneurs en raison de leur légèreté et de leur portabilité.

Les aliments lyophilisés et les repas lyophilisés prêts à consommer sont conçus pour une conservation à long terme. Certains produits peuvent bénéficier d’une garantie de goût de 30 ans.

Plusieurs entreprises fabriquent des repas lyophilisés qui sont non seulement sains, mais qui s’adaptent également à des régimes alimentaires spécifiques.

En résumé

Les aliments non périssables durent longtemps sans se gâter et sont nécessaires dans de nombreuses situations.

Que vous souhaitiez faire des dons à des organisations caritatives, vous préparer à d’éventuelles situations d’urgence, acheter des produits adaptés aux voyages à dos. Ou remplir votre garde-manger, vous pouvez choisir parmi une abondance d’aliments sains qui ne nécessitent pas de réfrigération.